La naturopathie est-elle une science ?

La naturopathie est-elle une science ?

Qu'est-ce qu'une science ? 

Définition

La science est un ensemble d'enseignements acquis permettant d'appréhender des phénomènes de façon certaine. Autrement dit, elle permet de concevoir la réalité d'une chose avec certitude, car cette dernière repose sur une preuve indiscutable.

La science est de trois types

La science empirique

C'est le fait de connaître ce qui est unanimement accepté par tous et qui est démontrable. Exemple : Le feu brûle ou réchauffe. Cela ne nécessite pas de preuves.

La science théorique

C'est le savoir acquis par le biais de l'observation, des essais et de l'expérimentation.

La science pratique

C'est la science acquise par le biais de l'expérience. La théorie nous enseigne ceci ou cela, puis en pratique on s'aperçoit qu'il en est ainsi, mais avec d'autres précisions qui traduisent une réalité plus concrète. 

La naturopathie

Définition de l'IFFCN

C'est l'ensemble des méthodes naturelles internes (endogène)  ou externes (exogène) qui permettent de rééquilibrer une nature végétale, humaine ou animale déséquilibrée ou de renforcer un terrain.

Sur quoi repose la naturopathie ? 

L'observation

Si nous imaginons les premiers hommes comment ont-ils pu comprendre les mécanismes de fonctionnement du corps engendrant la maladie, on s'apercevra alors que l'observation, est ce qui a permis de tirer leçon de phénomènes invariants, reposant sur le mécanisme des causes et de leurs conséquences.

Exemple : Paul était bien jusqu'au moment où il a mangé son plat. Il s'est mis ensuite à se plaindre de douleurs au ventre, plus à vomir. Paul n'a pas supporté ce qu'il a mangé. On émet comme hypothèse que la nature humaine lorsqu'elle ne supporte pas une chose, elle cherche à évacuer cette chose et que le vomissement est un des moyens spontané du corps lui permettant de se rééquilibrer. Nous avons ensuite observé cela lorsque Daniel a mangé des fruits. Nous avons aussi constaté le vomissement chez Sylvie lorsqu'elle a mangé du poisson pas très frais. Elle s'est sentie mal, puis s'est mise à vomir.

L'ensemble des cas observés permet alors de valider l'hypothèse de départ qui devient désormais une règle générale. "Le corps cherche l'équilibre lorsqu'il est déséquilibré". Voici comment les gens autrefois apprenaient. Ils construisaient des hypothèses relatives aux situations observées qu'ils ne comprenaient pas ou qui suscitaient leur curiosité,  afin de les valider ou non. On définit de nouvelles règles validées par les expériences répétées. Puis on avance au fur et mesure dans la science en s'appuyant sur ces règles et lois universelles.

Le partage d'expérience et de connaissances

Il est indéniable que le fait de partager différentes expériences vécues entre les individus permet aux uns et aux autres de tirer profit de ces situations même s'ils n'ont pas pu les expérimenter eux-mêmes. C'est ainsi que Robert a raconté à Fabrice que lorsque le feu l'a touché, cela lui à fait très mal. Fabrice ne s'étant jamais brûlé de sa vie, a compris à travers l'expérience de Robert, que le feu fait mal. Il évitera alors dans l'avenir la situation qui a fait que Robert s'est brûlé.

La connaissance du corps humain

Lorsque l'on considère sa propre personne, autrement dit que l'on est quelque peu centré sur soi ainsi que sur son environnement, on en apprend davantage sur son corps. On s'aperçoit que celui-ci envoi des signaux en interne perceptibles. L'intensité de ces signaux peut augmenter ou diminuer au regard de certaines situations mettant alors en évidence des "causes" à l'origine d'une conséquence que l'on appelle symptôme.

La réflexion

Celle-ci consiste à s'interpeller constamment sur ce que l'on pense être juste ou non. Elle permet de se remettre en question, se repositionner pour expérimenter de nouveau, avancer et évaluer.

La validation

Dès lors que l'on sait que le résultat de nos observations, de nos retours d'expériences et de réflexion engendrent les résultats souhaités face à plusieurs situations similaires donnés, nous savons alors que nous avons acquis un savoir profitable reposant sur des règles concrètes, prouvées et démontrables.

Au XXIᵉ siècle 

Il est désormais possible de valider un raisonnement au regard des résultats scientifiques. C'est ce que nous avons fait à l'IFFCN. Le fait d'être des professionnels de santé nous a considérablement aidé dans notre travail relatif à la naturopathie, à savoir : éliminer ce qui ne repose, ni sur la science des anciens après avoir étudié les anciens textes scripturaires, ni sur la science des contemporains et qui n'engendre que des effets placebos. Autrement dit, nous avons débarrassé la pratique de toutes formes de charlatanisme possible afin qu'elle soit une science avant tout et non une prétention. Nous nous sommes alors aperçu, que notre enseignement est plus que fidèle à la science des anciens, ce qui nous fait valoir le mérite d'enseigner "la naturopathie traditionnelle".

Pour conclure

La naturopathie est belle et bien une science tant qu'elle repose sur ce qui est prouvé et sur ce qui peut-être démontré. En l'absence de ces éléments, elle devient fantaisie et aberration. Aujourd'hui, nous voyons certaines pratiques qui lui sont imputées, non connues des anciens, qui discréditent cette dernière en lui ôtant son noble caractère de "science humaine"

  • Conseils proposés par Mérouane, Infirmier Naturopathe, spécialisé dans les thérapies alternatives naturelles et la médecine Arabe traditionnelle.
  • Ces conseils d'ordre généraux ne vous dispensent pas de l'avis d'un médecin et ne font pas office de prescription médicale.

Vous souhaitez en savoir plus ? Rejoignez sans plus attendre le programme de formation. 

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.